Caprica


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Calarenne A. Stergen

Aller en bas 
AuteurMessage
Calarenne A. Stergen

avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 04/04/2010

Immatriculation.
Nature & Métier: Pilote de Viper/Soldat/Ex-Prisonnier
Relations:
A faire:

MessageSujet: Calarenne A. Stergen   Dim 4 Avr - 3:25

    VOTRE CV


[IMG]
    Ω Nom, Prénom(s) : Calarenne Alvarien Stergen
    Ω Sexe : Masculin
    Ω Âge : 34 ans
    Ω Colonie : Sagittaron
    Ω Métier : Pilote de Viper/Soldat/Ex-prisonnier
    Ω Vaisseau : BSG-75 Galactica, au part avant Astral Queen


    HIDE AND SEEK


    Calarenne est né il y a un peu plus de trois décennies, dans un gros village, perdu quelque part à la surface de Sagittaron. Pauvre au milieu de cette planète pauvre et exploitée, son père, Warven Stergen, était considéré par la plupart des gens comme un pauvre fou illuminé. Inventeur raté et alcoolique notoire, sa compagne le quitta au bout de trois ans, lui laissant seul avec leur fils unique en bas âge sur les bras, ce qui n'était peut-être pas la meilleure décision possible pour l'avenir de l'enfant. Celui-ci n'a d'ailleurs jamais comprit la décision de sa mère de l'abandonner, et ne lui a jamais pardonné son acte non plus, n'aillant jamais voulu la revoir par la suite.

    Son enfance, notre héros la passa majoritairement dans la rue, au milieu des mauvais garçon et des rebelles de tout poil, dans la petite bande locale qui regroupait des jeunes de tous âges, de huit ans à une vingtaine d'années. Dès qu'il avait commencé à pouvoir se débrouillé un peu près seul, alors qu'il avait à peine sept printemps, son père lui avait dit « d'aller jouer dehors et de le laisser travailler à ses inventions ». Volontaire, vif et bagarreur mais aussi rusé et intelligent, avec ses cheveux bruns toujours en batail et ses yeux bleus, couleur de tempête marine, le gamin s'était rapidement fait une place parmi ses semblables, bien qu'il ne manque pas de développer une certaine animosité pour son géniteur si peu prévenant.

    D'année en année, il apprit à se défendre à l'arme blanche, mais aussi à tirer avec toutes les armes qui lui tombaient sous la main où qu'on voulait bien lui prêter. Plutôt un bon garçon à la base, il se durcit rapidement au contact de ses « petits camarades » comme disait son père avec un euphémisme qui frisait dangereusement l'inconscience de ce que son fils était en train de devenir. A dix ans, il était déjà une sorte de chef pour les gars de son âge ou plus jeune, et même pour quelques-uns des plus vieux. Vicieux, sans scrupules, il n'hésitait jamais à frapper dans le dos, à trahir ou à s'acharner sur un adversaire à terre pour assurer sa position au sein de la bande et donc sa survie, car c'était par ses larcins seuls, ou presque qu'il se nourrissait depuis un bon moment.

    Voleur, donc, menteur, violent, il perdit ce qui lui restait d'innocence à quatorze ans quand, devenu assez vieux pour ça, il prit par à son premier combat entre les factions rivales du gang, qu'il vit la mort pour ce qu'elle était et que finalement il tua lui-même, avec un manque d'émotion, passé le choc initial, qui l'étonna lui-même. N'aillant jamais reçu aucune pitié, il semblait n'avoir aucune pitié à donnée, pour qui que ce soit. Bien peu d'affection aussi, dans son cœur déjà désabusé en ce début d'adolescence, et à peine quelques miettes de scrupules, des miettes bien insignifiantes. Il avait été durcit au feu le plus dur, celui de la vie, et n'avait même aucun souvenir où se réfugier.

    Sa vie, si prévisible jusque là, prit pourtant un tournant totalement inattendu alors qu'il venait d'entré dans sa seizième année. Il y eu d'abord un événement qui lui parut totalement invraisemblable. Son père réussit à inventer quelque chose. Quelque chose d'utile. De très utile même. Le jeune Calarenne, très occupé dans ses affaires qui commençaient tout doucement à devenir vraiment sérieuse, fût surprit de voir le prototype fonctionner, mais ne prêta pas grande attention à la chose, un système de refroidissement ou quelque chose du genre. Pas une arme, donc pas quelque chose qui pouvait lui être utile à lui, encore moins changer sa vie.

    Il se trompait, sur ce dernier point. Lourdement même.

    Car le vieux Warven, tenace, aillant enfin atteint son but – inventer quelque chose – se rendit à la plus grande ville de la planète avec son prototype soigneusement emballé dans une caisse métallique. Il revint au pays trois mois plus tard, heureux comme un fou. Il avait réussi à obtenir un brevet et à le vendre pour une somme plus que rondelette à l'armée, qui prévoyait, à ce qu'il disait, de l'utiliser pour ses vaisseaux. Devenu riche, il annonça à son fils qu'ils partaient tous les deux, qu'ils quittaient Sagittaron pour la planète-capital : Caprica. Calarenne, qui n'avait pas particulièrement d'affection pour son père depuis le temps, vit la l'occasion de quitter son trou pour entrer dans la cour des grands, et exagéra grandement le plaisir qu'il prenait à s'en aller avec son géniteur.

    L'expérience du voyage spatial fit une grande impression sur l'adolescent rebelle, assez pour qu'il continue de simuler une affection qu'il ne ressente plus depuis longtemps, réussissant à convaincre son père de l'inscrire à l'académie de pilote militaire, histoire de pouvoir utiliser ses qualités naturelles forgées à la dure, à savoir l'agressivité, l'intelligence, la ruse, l'audace et une certaine inconscience qui pouvait facilement être prise pour du courage, dans un contexte plus... Sérieux. Et en effet, il devint rapidement un des meilleurs non seulement dans tout ce qui tenait à la stratégie et aux réflexes, mais aussi, de façon plus inattendue, dans le domaine du vol... Avec un vaisseau, ce qui le changeait pour le coup.

    Malheureusement, dans « pilote militaire » il y avait aussi le mot « militaire ». Or, il découvrit bien vite que ça ne voulait pas juste dire « baston » mais aussi et surtout « discipline »... Ce qui lui plu beaucoup moins pour le coup. Il pouvait comprendre l'autorité, oui. C'était un des éléments qui avaient bercé sa vie toute entière. Mais l'autorité détenue par des gens qui ne la méritaient pas et étaient indétrônable, c'était beaucoup moins ça. Encore pire au niveau « bonne conduite », une chose dont il avait à peine entendue parlé jusque-là. Alors se mettre en rang bien gentiment, au garde à vous en plus et faire preuve de respect pour des loqueteux pas capable de se battre... Hum...

    Il tint un peu moins de deux ans, du fait de ses aptitudes on ne peu plus prometteuses. Mais finalement, suite à une obscure affaire de fraude, de recel de réponses d'examens et de mini-marché noir, il fût mit à la porte de l'académie, rageur. Son père, qui avait trouvé un travail de fonctionnaire au service de l'armée en partie grâce à son invention et avait fait soigné son alcoolisme, se découvrant au passage un instinct parental tardif, usa de ce qui lui restait de son pactole et de ses maigres relations pour le faire accepter malgré son casier tout récent – ses exploits sur Sagittaron n'aillant jamais été enregistré – au centre de formation des soldats.

    Fort de son expérience passée, il se fit discret niveau discipline et fit de gros effort pour rester plus ou moins dans le rang. D'autant qu'il avait trouvé un endroit où se développer pleinement. Ses capacités se confirmèrent et s'affinèrent. Premier dans tout ce qui concernait le combat rapprocher, il ne tarda pas à combler ses lacunes en matière de tir, rejoignant la tête du classement dans cette matière-là aussi. Vif, agile, sans hésitation, il traça un parcours d'excellence, récoltant les récompenses en tout genre. A vingt et un an, il était considéré comme l'un des meilleurs éléments du centre, malgré son indiscipline encore marquée, d'autant que ses efforts s'étaient légèrement relâchés avec le temps, sans qu'il recommette l'erreur de tomber dans l'illégalité.

    Une fois sortit du centre de formation, premier de sa promotion, avec mention s'il vous plaît, il postula pour toutes les missions les plus agitées, où que ce soit dans les Colonies. Il eu plusieurs fois l'occasion de faire montre des talents de pilotes qu'il avait eu le temps de développer, et il se frotta aussi, de façon assez notable, aux gangs de Caprica, ironie douce qu'il su apprécier. Pourtant, son propre passé était loin d'être oublié. Son indiscipline et son manque total de scrupules, à l'origine de plusieurs coups d'éclat, firent encore une fois sa perte. Une accumulation de légères bévues, quelques cadavres laissés derrière lui alors que leur mort auraient pu être évitée, c'était suffisant pour ce faire des ennemis.

    La goutte d'eau qui fit déborder le vase fût une bagarre déclenchée dans une caserne, qui fit plusieurs victimes, dont une dizaine de sa propre main.

    Jugé trop instable et coupable de multiple crime par le tribunal martial, l'officier Stergen, âgé de vingt-sept ans, soldat de premier ordre et pilote chevronné fût condamné à une peine de prison de dix ans minimum. Il fût aussi décidé que son avenir au sein de l'armée serait redébattue au terme de cette période, en considérant l'éventuel évolution du personnage et le contexte du moment. Voyant là une nouvelle expérience à tentée, Calarenne ne tenta pas la moindre tentative de contestation de la sentence, qui aboutissait sur une peine de prison relativement courte au vue de ses nombreuses fautes et une possibilité de réintégration dans l'armée.

    Au cours des sept années qui suivirent, il s'immergea dans l'univers carcéral, s'en tirant à merveille. Il passa d'une prison à l'autre, créant quelques ennuis de-ci de-là, jusqu'à atterrir finalement, il y a cinq ans, sur l'Astral Queen. Il y resta, se creusant un trou tranquille, attendant sa libération tout en apprenant ce qu'il y avait à apprendre.

    Tout bascula de nouveau avec l'attaque des cylons bouleversa bien entendu la donne. Après la prise d'otage qui fini par donner la souveraineté du vaisseau aux prisonniers, Calarenne, qui avait accepter la proposition de leurs ex-geôliers pour mieux pouvoir les aborder, réussit à convaincre les autorités militaires restantes, avec la permission de la présidente, de lui accorder une remise de peine de trois ans, et de le réintégrer dans les forces militaires légèrement diminuées tout de même. Il y avait dans l'état-major quelques personnes qui connaissaient son cas, et si on pouvait dire une chose de « l'officier Stergen », c'était bien qu'il était prêt à beaucoup pour sauver sa peau... Et à choisir entre ce battre et se faire tuer par les cylons, il ne pouvait manquer de choisir de ce battre.

    Transféré depuis peu sur le BSG-75 Galactica en tant que officier pilote de Viper et soldat de choc, l'ancien prisonnier, toujours aussi dur et impitoyable, est d'ailleurs bel et bien décider à survivre, en massacrant de la machine si nécessaire... Après tout, il n'a jamais eu de scrupule à massacre des Humains, alors...

    Froid, dénué de moralité, aimant l'adrénaline que lui procure le danger, Calarenne est toujours armé, habitude oblige. Il n'obéit de bon coeur qu'à ceux qu'il respecte, et il ne respecte que ceux qui se montre assez fort pour cela, ce qui le pousse souvent à afficher un mépris plus ou moins clair pour certaines personnes. Menteur, l'hypocrisie est une arme qu'il manie à la perfection, et mieux encore l'ironie, qui chez lui sait ce faire douce aussi bien que mordante. Non dénué d'un charme vénéneux, il n'est pourtant pas spécialement un homme à femme. Préférant le plus souvent l'exictation du combat à celle du lit, il n'a jamais été effleuré, même de loin, par cette chose étrange que l'on nomme "amour"... Si c'est pour perdre ses moyens, il préfère utiliser quelques bonnes bouteilles, même si ivre il est aussi dangeureusement... Dangereux...



    ON VOUS A RECONNU… CYLONS !


    Ω Prénom ou pseudo : Calarenne, Cal', Gilou, Lapinou... On fait son choix !
    Ω Âge : 17 ans
    Ω Où avez-vous découvert le forum? Il traînait dans ma liste de favoris depuis un moment alors je me suis décidé ^^
    Ω Quelques suggestions ? Oui. Déjà, pour commencer (on verra la suite après), le code. Là c'est proprement ridicule très chère admin ^^ Il est en couleur bon sang ! On survole la page et on trouve tout ! Déjà en italique et entre crochet en même temps c'est un poil beaucoup mais la couleur en plus... Là le code ne sert à rien du tout ^^
    Ω Code du règlement : Validé par SIX
    Ω Célébrité de votre avatar : Gaspard Ulliel
    Ω Autorisez-vous votre admin Chérie a vous donner un surnom ? Disons que je lui rappel de ce qu'elle risque...


SURPRISE !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Numéro Six
    SIX; Ω She's gonna kill them all

avatar

Messages : 199
Date d'inscription : 02/02/2010
Age : 26
Localisation : Cloud 9

Immatriculation.
Nature & Métier: CYLON _Barmaid
Relations:
A faire:

MessageSujet: Re: Calarenne A. Stergen   Dim 4 Avr - 7:39

    • Ro le boulet xD, j'ai refait le code CSS pour le gras, italique etc, et j'ai pas pensé a vérifier le code du règlement xD!

    Pour la peine, je vais changer de code xD

    de deux * J'adoooooooooore ton avatar *sort*

    de trois * Bienvenue parmi nous mon Giloudooooor ( quoi que la... c'est plus Gilou.... mais tant pis xD)

    et de quatre * tu es bien évidemment validé! Bon jeu parmi nouuuuus

_________________

God has a plan, Gaius. He has a plan for everything, and everyone.




Are you alive?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Calarenne A. Stergen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caprica :: Référencement :: Référencement Humain :: Validés-
Sauter vers: